Un an sur la Grande Barrière de Corail : le bilan

La vie marine

 

Commençons par ce qui nous motive à plonger tous les jours qu’il vente, pleuve ou neige (plutôt rare dans ce coin d’Australie). Il faut d’abord réaliser que la Grande Barrière de Corail est immense, plus grande que la Grande Bretagne. Il ne s’agit pas d’un seul récif mais de plus de 2 900 récifs et îles qui se succède de passe en passe. Sa grandeur fait sa diversité et vous ne trouverez pas les mêmes poissons à Gladstone ou au Cod Hole.

carte australie

Cependant on s’imagine toujours une diversité hallucinante et des bancs de poissons par millions. La réalité est différente. Si en effet certaines plongée comme le SS Yongala sont riches en bancs de poissons, les récifs de l’outter Barrier Reef ont une vie marine plus éparse. Quand on est sur ces différents récifs, même ceux en meilleur santé, on se sent rarement à l’étroit… Cependant dès que l’on cherche de plus petite créature et que l’on ralentit sa nage on découvre cette richesse à la fois en corail et en poissons! En ajoutant à cela la rencontre de baleine de Minke, baleine à bosse, dugong et mérou géant, nous pouvons être satisfait des rencontres marines.

Baleine de Minke

Au final quand vous travaillez sur le même bateau pendant une longue période, vous ne visiterez qu’un nombre limité de récif qui seront un mix entre bon lieu de bapteme et bon lieu de snorkeling mais pas forcément les meilleurs sites de plongée…Pour explorer ces derniers vous devrez travailler sur les bateaux expéditions comme Taka, Mike Ball ou Ocean Freedom.

suivant : conditions de vie et travail